Vous êtes ici : AccueilSolutionsUne station d’épuration personnelle

La ferme de Noémie (écogîte)

Natacha, chef cuistot

> Toutes les solutions

La station d’épuration personnelle

Réduire la pollution des eaux tout en ramenant de la biodiversité chez soi.

Durée de mise en place

1 semaine

g

Difficulté

7/10

Coût d'investissement

5/10

La solution

Quand on parle de station d’épuration, on pense toute de suite à des infrastructures collectives imposantes avec de larges bassins d’eau. Mais il est en fait possible de créer un petit écosystème naturel chez soi pour le faire !

Cela permet de limiter la pollution de l’eau et des sols et de créer un environnement agréable en ramenant de la biodiversité autour de chez soi !

A qui s’adresse-t’elle ?

  • Vous êtes propriétaire d’un terrain assez grand avec une maison, un hôtel, une auberge, un restaurant… Vous voulez créer un espace naturel agréable pour faire revenir de la biodiversité et être autonome sur votre consommation d’eau.
  • Vous êtes une commune de petite taille et vous voulez sortir du système des eaux usées classiques pour fournir un service plus écoresponsable et économique à vos habitants.

Kit PDF complet

Réplications réussies : 2

Ingrédients

  • Un jardin
  • Une fosse toutes eaux en amont du bassin
  • Pour la roselière :
    • Un bassin avec un liner (cela peut être le liner d’une piscine),
    • Du sable siliceux et/ou des graviers au fond qui filtre l’eau (facile à trouver en carrière),
    • Des roseaux qui permettent l’apparition de bactéries (macrophytes) qui décomposent les polluants (en jardinerie ou dans la nature).
  • Le nécessaire pour raccorder la maison à la roselière.
  • Toutes les explications avec schémas ;
  • La réglementation sur l’eau en France ;
  • Des notices de fonctionnement d’une station d’épuration.

Préparation

Etape 1 : Comprendre le fonctionnement d’une roselière

Vous trouverez dans le kit une fiche explicative claire et concise du fonctionnement générale.

>> Fonctionnement général d’une roselière, disponible dans le kit à télécharger.

Etape 2 : Se renseigner sur le type de fosse que vous avez

Fosse toutes eaux (ou fosse septique). Aucun souci pour commencer la roselière.

Cas particulier : vous avez une fosse d’accumulation (fosse étanche) qui est conçue pour stocker les eaux. Elle est à vidanger entièrement (après autorisation du Service Public D’assainissement Non Collectif (SPANC)). Vous pourrez ensuite commencer à la roselière.

Etape 3 : S’assurer que votre fosse est en bon état et vidangée

>> Plus d’informations sur l’entretien d’une fosse ici

    Etape 4 : Prototyper votre projet en fonction de vos besoins et des réglementations en vigueur.

    Différents types de filtrage de l’eau par roselière existent. Vous trouverez tous ces types dans la FICHE du ministère téléchargeable avec le kit.

    >>  FICHE_Règles_et_bonnes_pratique du ministère, disponible dans le kit.

      Etape 5 : Contacter le Service Public D’assainissement Non Collectif (SPANC)

      Contacter le Service Public D’assainissement Non Collectif (SPANC) dont vous dépendez (se renseigner en mairie) afin qu’il vérifie la conformité de votre projet.   

      >> Site du SPANC

      Etape 6 : Contacter un installateur / une entreprise agréée

      Elle doit respecter la norme NF DTU 64.1 et ne doit installer que des produits respectant la norme.

      >> NF DTU 64.1 : L’essentiel à connaître et à appliquer, disponible dans le kit à télécharger

      Etape 7 : Acheter le matériel nécessaire (d’après les conseils de votre installateur)

      Pour cela, il faut que tous les produits achetés respectent la norme NF DTU 64.1. N’hésitez donc pas à demander à votre vendeur des précisions et des conseils.

      • Les canalisations, tuyaux, équipements techniques se trouvent en magasin de bricolage ;
      • Le sable et les graviers en magasin ou dans des carrières ;
      • Les plantes dans des magasins spécialisés. Vous pouvez avoir un bon aperçu des différentes plantes possibles et leurs fonctions sur ce site.
      Etape 8 : Les travaux

      Les étapes des travaux sont ensuite à suivre en fonction de l’emploi du temps de votre installateur :

      • Terrasser afin de respecter la pente nécessaire entre les installations ;
      • Installer le liner, le sable, les graviers et tout le système de canalisation au niveau de la roselière ;
      • Planter et jardiner afin d’obtenir la roselière idéale
      • Raccorder les systèmes entre eux (toujours en respectant les pentes).
      Etape 9 : Tester l’installation
      Etape 10 : Reprendre contact avec le SPANC
      Reprendre contact avec le SPANC à la fin des travaux et quand l’installation fonctionne pour qu’ils contrôlent et s’assurent de la conformité de votre roselière.
      Entretien

      Coût d’entretien faible :

      • 1 fois tous les 10 ans, une vidange de la fosse toutes eaux en amont et contrôle par le SPANC (qui fait l’objet d’une redevance) d’environ 100 euros.
      • Tous les ans (en mars de préférence), il faut nettoyer le bassin en ratissant les feuilles de l’hiver tombées et en faucardant les roseaux (faucher la moitié pour éviter l’asphyxie du bassin)

      Avantages

      Les détails des chiffres sont à retrouver dans notre section « sources » ci-dessous

      Coût d’entretien ~ 20 euros par an [2]

      • Plus de dépendance aux infrastructures classiques = baisse de la facture d’eau ;
      • Début de l’autonomie en eau.

      Pollution journalière = 162g de matière rejetée /personne [1]

      • Réduire sa pollution de l’eau en ne rejetant plus de produits toxiques ;
      • Retour de nombreuses espèces animales et végétales.

      La pédagogie par le retour de la nature

      • Elle est inodore, jolie à regarder et bien intégrée dans le paysage ;
      • Source de pédagogie pour les enfants et même les plus grands.

      Précautions d’emploi

      • Distances d’implantation : il faut avoir une surface suffisamment grande pour accueillir l’installation tout en respectant les normes.

      >> Schéma des distances réglementaires, disponible dans le kit à télécharger. 

      • Changer ses habitudes de consommation d’eau. Il ne faut plus jeter huiles, graisses ou autres matières grasses dans les éviers, les lavabos, les baignoires ou les WC ! On préférera les produits de nettoyage biodégradables.
        • Lorsque l’on aura fini de griller un aliment à la poêle, on essuiera d’abord d’essuyer la poêle avec un papier absorbant, jusqu’à élimination des matières grasses, avant de la laver.
        • On versera les huiles de friteuse refroidies dans des récipients que l’on portera à la déchetterie ou que l’on brûlera.
        • On évitera l’utilisation des après-shampoings (très gras).
        • On ne nettoiera plus les pinceaux, les rouleaux dans l’évier après des travaux de peinture.
        • On lavera la voiture dans des stations de lavage dûment équipées d’installations anti-polluantes conformes. etc.

      POURQUOI ? Car les matières grasses empêchent l’oxygénation de l’eau par les roseaux

      Sources
      1. Avantages écologiques : http://www.septiemecontinent.com/pedagogie/lesson/les-pollutions-leau-maison-agriculture-industrie/
      2. Les conseils avisés de Gilles (La Ferme de Noémie)
      3. Le site du SPANC pour toute la réglementation : http://www.assainissement-non-collectif.developpement-durable.gouv.fr/le-service-public-d-assainissement-non-collectif-r11.html
      4. Sur l’entretien d’une fosse septique : https://assainissement.ooreka.fr/comprendre/entretien-fosse-septique

      Ils l’ont fait !

      2 réplications réussies

      La ferme de Noémie, Gilles et Marie-Christine Revial, Ecogîte (Alberville, 74)

      Comment fonctionne la roselière de la Ferme de Noémie ?
      « Cette roselière (lits à macrophytes) d’une surface de 65m2 est dimensionnée pour un équivalent de 25 personnes jour et fait l’objet d’un accord de la MISE (mission interministérielle sur l’eau) en 2006. Elle a été contrôlée régulièrement par le SPANC.

      Notre lit à macrophytes est constitué d’une membrane étanche (liner d’une ancienne piscine) de 2 m de profondeur. Dans la partie inférieure, le massif filtrant, non colmatant, est composé de couches superposées de galets, graviers et sable grossier. Les roseaux sont plantés à raison de 4 à 9 plants par m². Le développement des roseaux crée un réseau de tiges et de racines (rhizomes) dont la croissance est en lien avec l’alimentation du bassin. Un entretien est nécessaire chaque année pour éviter que le système ne devienne asphyxiant ».

      Voir son site internet >

      La commune du Sappey en Savoie
      Répliqueur de la solution 

      Voir son site internet >

      Ajoute ton grain de sel

      0 commentaires

      Soumettre un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      A découvrir aussi

      Organiser une clean walk

      Organiser une clean walk

      Vous êtes ici : La Surfrider Foundation / Initiatives Océanes Anaïs, chef cuistot> Toutes les solutionsOrganiser une clean walkDépolluer un site naturel en groupe 2 mois 3/101/10 La solution Le but d’une clean walk est de ramasser en groupe, tous...

      Un composteur partagé en ville

      Un composteur partagé en ville

      Vous êtes ici : Greencycle - EUSALPAnaïs, chef cuistot> Toutes les solutionsUn composteur partagé en villeRecyler et réutiliser les déchets alimentaires1 mois3/101/10 La solution Faire un compost de qualité chez soi, au pied de son immeuble, dans...

      Faire son cake vaisselle

      Faire son cake vaisselle

      Vous êtes ici : Mon Ptit Pote Anaïs, chef cuistot > Toutes les solutionsFaire son cake vaisselleFinit les produits chimiques pour la vaisselle !15 minutes 1/101/10 La solution Marre d’acheter du liquide vaisselle en supermarché avec des...

      felis ut suscipit ut justo id, nunc mattis felis vulputate,
      Share This